Hello tout le monde, en parallèle de ma chronique que vous pourrez retrouver par ici sur le tome 2, Esprit Jaguar de cette saga (ainsi que celle du tome 1, Gardien enchainé), j'ai eu l'occasion d'interviewer l'autrice et donc d'en savoir plus sur Loren Ascott et son monde ! Bonne découverte 

- Est-ce que tu peux te présenter et présenter ton héroïne ? 

Je vis en Suisse où je suis enseignante de français. Je me laisse facilement tenter par une tablette de chocolat, une coupe de champagne ou un livre passionnant. (Les 3 en même temps, c’est encore mieux.) Particularités : dévoreuse de livres et amatrice de sports de combat (judo et karaté auparavant, muay-thaï et escrime ancienne à présent) Grain de folie : j'ai fait partie des « Givrés » en 2019 (baignade hebdomadaire dans le lac Léman, en compagnie des cygnes et des canards, même quand il neige et que l’eau est à 8°) Genres littéraires : fantastique, science-fiction, fantasy, romance et littérature jeunesse… je m’essaie à tous les genres avec bonheur ! Spécificité : j'aime particulièrement les sorcières et les dragons 

 Loren Ascott : jeune parapsychologue qui n’a pas la langue dans sa poche, dotée des yeux verts typiques de sa lignée. Elle est à la fois impulsive et réfléchie. Parfois naïve, elle apprend à se méfier (pas encore assez, je pense). Surtout, elle a tendance à s’attirer des ennuis. De GROS ennuis. 

 

- Le tome 1 se passe dans le Gévaudan, le tome 2 aux USA, deux ambiances totalement différentes, comment choisis-tu le « paysage » de ton histoire ? 

Je dirais que c’est plutôt l’histoire qui détermine le paysage. Dans « Gardien enchaîné », comme je voulais parler des Templiers, la France s’est imposée. J’ai ensuite porté mon choix sur le Gévaudan, car je trouve sa Bête fascinante… Cela m’a amusée que l’intrigue se déroule dans cette région, alors qu’il n’y a ni loup ni métamorphe dans mon roman. Sans compter que les paysages correspondaient à l'ambiance que je voulais créer. Pour « Esprit Jaguar », il me fallait une région où le jaguar était présent, où l’on trouve des sources chaudes et où les personnages pourraient prendre place sans détonner dans le paysage. La Californie correspondait parfaitement à ces exigences… et à celle des esprits des lieux, bien sûr. 

- Comment travailles-tu tes personnages ? 

 Les personnages vivent dans ma tête, et crois-moi, ils y mettent parfois un beau cheni (expression suisse pour « joyeux bordel »). Du coup, est-ce moi qui les travaille, ou eux qui me harcèlent jusqu’à ce que je les autorise à vivre leur vie ? *gros doute relatif à ma maîtrise de la chose* 

- Est-ce que tu as des fiches descriptives que tu suis ou ça vient au fur et à mesure que tu avances dans les intrigues ? 

Les personnages se dessinent au fur et à mesure de l’écriture, et je note dans un fichier leur apparence, leurs goûts, leurs réactions, leurs manies, les expressions qu’ils emploient, afin qu’ils restent cohérents. Ils me révèlent leur personnalité au fur et à mesure de la rédaction. *confirmation : je ne maîtrise pas grand-chose* 

- Est-ce que tu sais déjà combien il y aura de tomes ? 

A priori 3. Ce sera d’ailleurs la première fois que j’écrirai autant autour des mêmes personnages. Je préfère les one shot aux séries. Ce qui explique peut-être que chaque tome de Loren Ascott peut se lire (presque) indépendamment. 

- Est-ce que tu sais où va chaque personnage et donc comment ça va se terminer ? 

J’ai bien ma petite idée pour chacun d’entre eux, mais je devine que je serai la première surprise des choix qu’ils feront au final… *auteure malmenée par ses personnages* 


- Tu parles de plusieurs mythologies différentes, comment fais-tu tes recherches ? 

Essentiellement sur le net (en français et en anglais) et en bibliothèque. 

Pour le Sanctuaire, je me suis par exemple inspirée de centres thérapeutiques américains existants. Google map est aussi mon ami. 

 - Petit portrait chinois, si tu étais : 

- une boisson : le Champagne, sans hésiter. Ma boisson de fête préférée, celle que je partage avec certaines de mes amies les plus chères dès qu’il y a quelque chose à célébrer. 

 - un animal : Un dragon, ça compte ? J’adooore les dragons. J’en place un dès que je peux dans mes romans. Sinon, une panthère. Elle est souvent associée à la lune et à la magie et représente le courage et la sagesse. Dans la littérature, la panthère qui m’a le plus marquée est Guenhwyvar, la panthère noire magique du Drow Drizzt Do’Urden, créée par l’écrivain R.A. Salvatore. 

 - un arbre : Yggdrasil, l’Arbre-monde de la mythologie nordique, symbole de force et d’éternité. 

 - un pays : la Suisse, chez moi, là où je me sens bien. J’aime ses montagnes, ses lacs et ses rivières… et surtout ses bunkers cachés qui pouvaient (peuvent toujours ?), pour certains, accueillir jusqu’à 20 000 personnes en cas de catastrophe. 

 - une chanson de Noël : Je ne suis pas très conventionnelle, je préviens… Je te laisse découvrir « White Christmas » de Guns N’Roses et « My December » de Linkin Park ; cette chanson me donne envie de pleurer… 



Merci beaucoup Florence pour ces réponses et j'espère que vous tenterez vous aussi le voyage en compagnie de Loren !!

SHARE 0 comments

Add your comment

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!

© Les lectures de Mylène · THEME BY WATDESIGNEXPRESS