Maudite ! de Denis Zott

Synopsis : Marseille. En face du stade Vélodrome, le dixième étage des Mimosas est en flammes. C’est l’appartement de Tony Beretta, petit dealer mais légende parmi les supporters ultras de l’Ohème. Une jeune femme, blessée, parvient à s’échapper du brasier. Luce, seize ans, une gueule d’ange, enceinte jusqu’aux yeux, n’est pas partie les mains vides : elle s’est enfuie avec l’argent et la drogue de Tony. Et l’argent et la drogue, ça attire du monde. Canari, le flic pourri de la BAC. Les hommes de main de Tony. Ceux du Libyen, jeune caïd qui a pour ambition de renverser les anciens, tel le vieux Topin. Et même Yasmina, l’infirmière trop belle pour être innocente, qui veille sur Luce et ses jumeaux. Impossible, pour Luce, d’espérer se sortir seule de ce piège qu’est devenue sa ville. Mais à qui faire confiance, et comment survivre et protéger ses bébés, quand sa propre mère dit d’elle qu’elle est maudite, et que son ange protecteur pourrait bien s’avérer être un démon ? Pour trouver la lumière, Luce n’aura d’autre choix que de faire face à ses pires cauchemars.
Papier (416 pages) et numérique - Paru en juin 2018 chez Hugo Thrillers

Mon avis :
Bordel, le moins que l'on puisse dire est qu'on ne ressort par de cette lecture indemne. C'est flippant, glaçant, stressant, violent et j'en passe, les héros qui n'en sont pas vraiment nous tiennent en haleine, on ne sait jamais vraiment où donner de la tête, l'auteur nous entraine dans l'horreur dès les premières pages et on ne peut le lâcher avant d'en connaitre les tenants et les aboutissants. Ce roman aurait du s'appeler "coupure de courant", c'est elle qui fait s'enchainer les catastrophes, il faut dire qu'elle a lieu au pire moment pour Tony : son équipe, qu'il n'a plus le droit d'aller voir au stade, est face à un penalty qui pourrait tout changer et là paf, au moment du tir, la télé qui se coupe, Luce qui bouge dans son champ de vision et c'est le déchainement de violence (d'ailleurs c'est un thème d'actualité puisque pendant tout le mondial les journalistes (enfin plus ou moins) ont parlé de toutes ces femmes battues en période de match par leurs maris mécontents des joueurs...). J'en suis restée quelques secondes pantoise une fois que l'on découvre tous les dessous de l'histoire et je dois dire que malgré la violence, j'ai passé un excellent moment, un peu coupable d'apprécier l'horreur de ce que traversent les personnages mais en même temps moqueuse parce qu'on a l'impression qu'ils "méritent" tous ce qui leur arrive.

L'auteur arrive à secouer le pire en nous et à nous le faire apprécier, dans un sens c'est dramatique puisqu'on n'est que témoins de la spirale infernale dans laquelle ils sont entrainés mais on jubile aussi de voir certaines personnes traverser le pire et ne pas en ressortir entier. Je n'ai clairement pas apprécié Luce, cette jeune fille de 16 ans qui se retrouve enceinte, à se droguer pour oublier ce qu'elle vit alors qu'elle "aime" soit disant ses bébés (et oui, en plus elle est enceinte de jumeaux...). Sauf que rien ne se passe comme elle l'avait prévu et termine à l’hôpital où ils sont sortis de son ventre à à peine 7 mois de grossesse. Prématurés donc et Luce a du mal à accepter ce à quoi ils ressemblent, il faut dire qu'ils sont loin du beau bébé joufflu et en pleine forme dont elle espérait accoucher "comme dans un rêve" et cela va entrainer dans sa tête la perte des pauvres dernières neurones qui lui restaient... C'est l'escalade de la violence, Tony veut la supprimer pour avoir foutu le feu à ses souvenirs de l'OM et pour avoir filé avec sa came, il doit aussi lutter contre la rébellion qui a lieu dans son quartier et qui veut l'écarter de son job de dealer et veut entrainer dans sa déchéance celui qui pour lui est à la fois son patron et son bourreau...

On avance donc dans l'intrigue sans réellement se douter de ce vers quoi on est entrainés, on se pose des questions, on cherche des réponses, on est choqués et bousculés, on ne peut que s'accrocher aux branches, les personnages sont très souvent détestables et on s'en veut parfois de ressentir ce genre de choses. L'ambiance sombre et oppressante nous tient en haleine, on se demande ce dans quoi on a mis les pieds et on ne peut réellement en sortir qu'une fois la dernière page tournée, et encore... Drogues, alcools, violences, tout est traité dans ce roman d'une manière hyper réaliste y compris les flics pourris qui s'arrangent bien de la vérité mais qui veulent aussi faire un grand coup. Tout ce petit monde nous raconte donc sa vie, le rythme est haletant, l'histoire se déroulant sur peu de jours et on comprend pour quelle raison Luce est maudite... mais du coup il n'y a pas qu'elle qui l'est et on va très vite le comprendre en voyant l'auteur dérouler ses réponses une fois toutes les pièces du puzzle mises en place. Et là j'en suis restée totalement sur les fesses, ce final est explosif, nous apporte tout ce qu'on pouvait en attendre et c'est avec l'impression d'avoir vécu un cauchemar hyper réaliste qu'on les quitte. Un thriller qui ne laisse pas indifférent et des personnages que l'on adore haïr...

En bref, ce roman est sombre et violent, il ne nous laisse pas réellement souffler une seule seconde et on est pris par les nombreux rebondissements. Si je m'attendais à des personnages plus "aimables", j'ai adoré la façon qu'a l'auteur de nous les faire détester, on en vient à les haïr pour leurs pensées et pour leurs actions d'une manière viscérale et on jubile presque (enfin totalement) de les voir se débattre dans la pagaille (pour être polie) qu'ils ont mise. Le final nous apporte les réponses que l'on pouvait en attendre et nous laisse pantois plusieurs minutes après avoir terminé ce roman. A lire pour la haine et ce que l'auteur nous fait ressentir de pire...

Note : 18/20

A lire si vous aimez :
- la violence, le sang, la vengeance, la drogue, l'horreur....

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- ne jamais ressentir une once d'empathie pour les personnages et adorer les haïr

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Aucun commentaire

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!