Les roses sont éternelles de Françoise Bourdon

Synopsis : Françoise Bourdon nous livre quatre nouvelles qui ont pour trait commun de se dérouler dans les paysages qui lui sont chers du Comtat-Venaissin, du Vaucluse, du Dauphiné, des Alpes de Haute-Provence, vaste territoire qu’elle sillonne depuis des années et qui nourrit son inspiration. Sensible aux traces du passé, elle situe ses histoires au XIXe siècle parmi des petites gens enracinés dans leur terroir et porteurs de tradition : santonniers, faïenciers, ouvriers de la chaussure de Romans, paysans du Luberon.
Ces existences aussi modestes et effacées soient-elles n’échappent pas aux cruautés de l’histoire et aux injustices du destin. Mais les personnages de Françoise Bourdon savent puiser dans le meilleur d’eux-mêmes la force de reconstruire leur vie brisée.
Quatre nouvelles qui sont autant de belles leçons d’humanité.
Papier (248 pages) et numérique - Paru en octobre 2016 chez Calmann-Levy

Mon avis :
J'avais lu un roman de cette auteur cet été (La maison du Cap) et du coup j'étais curieuse de lire ces quatre nouvelles (même si ce format n'est vraiment pas mon préféré). J'ai aimé retrouver la plume de l'auteur et lire ces histoires très différentes mais qui ont un même fil conducteur, l'espoir de voir sa vie changer pour le meilleur. Tout l'action se situe dans le sud est de la France à différentes époques, la première étant au 19ième siècle et la dernière au début du 20ième. Je vais donc vous faire un petit avis sur chacune d'entre elles.

Le temps des violettes :
Aurélie est une jeune femme intelligente, passionnée par les santons mais en ce début du 19ième siècle, elle doit surtout trouver la protection d'un mari. Quand son amour part à la guerre, elle se retrouve seule et sans nouvelle. Son père va la marier à un notaire et elle va voir sa vie changer le jour de la naissance de son fils qui est sourd et muet. Rejeté par son père, l'enfant va grandir aimé par sa mère qui va se battre pour lui. J'ai apprécié la façon dont cette histoire nous est racontée (c'est la plus longue de ce recueil) et la façon dont Aurélie avance dans la vie en gardant intact à la fois son amour pour Fabien tout au long des années mais surtout l'amour qu'elle porte à son fils dont elle ne veut que le bonheur. Les santons sont au cœur de cette histoire et j'ai apprécié d'imaginer Aurélie créant et vendant ses créations. La vie n'a pas été facile pour elle mais on ne peut qu'admirer sa force de caractère et son envie d'aller de l'avant malgré les embuches. Une belle leçon d'amour filial et d'humilité.

Les roses sont éternelles :
Il s'agit du récit le plus court de ce recueil, l'histoire d'un homme qui a vu grandir et mourir la fabrique de faïence familiale et qui ne se pardonne pas de s'être fâché avec son fils. Il va alors créer une superbe pièce pour faire la paix et retrouver celui qu'il a perdu lorsque sa femme est décédée. J'ai là aussi beaucoup aimé la façon dont l'auteur traite ses personnages, nous les fait apprécier malgré leurs défauts et la jolie leçon d'excuse et de pardon qu'elle nous apporte.

La douce violence des souvenirs :
Félicien est un homme qui vit seul dans sa ferme après la mort de son fils à la guerre et celle de sa femme qui a suivi. Il aime pourtant son environnement mais n'a plus vraiment le gout à rien jusqu'au jour où un petit garçon demande l'asile sous une averse. Il va le raccompagner chez lui et apprendre petit à petit à les connaitre avec sa mère en attendant que le mari et père revienne de la guerre.  On ressent bien la tension de l'horreur, l'attente des nouvelles, la délivrance quand la fin de la guerre est proclamée et la douleur quand ils n'ont aucune nouvelle de celui qui aurait du rentrer du front. J'ai aimé la façon dont Félicien revient à la vie, se crée une famille de cœur et va les soutenir du mieux qu'il peut au fur et à mesure que les mois passent. L'auteur a une nouvelle fois su me conquérir avec cette courte histoire pleine d'espoir et d'attente.

Les souliers de Madeleine :
Madeleine vit seule avec son fils qu'elle a eu hors des liens du mariage à une époque où il fallait faire avec les convenances. Son compagnon est mort et sa famille refuse de reconnaitre qu'Antoine est l'un des leurs. Madeleine va se battre pour qu'il ait le meilleur et qu'il fasse des études pour s'en sortir. Sauf qu'Antoine voit les choses différemment, il veut travailler à la fois pour aider sa mère mais aussi parce que l'école ne lui plait guère. Ils vont faire des rencontres qui vont bousculer leurs vies, des personnes qui fuient leurs pays pour trouver asile en France et une nouvelle fois l'auteur nous livre une belle leçon de tolérance, d'amitié et d'amour.

En bref, j'ai beaucoup aimé ces quatre histoires qui nous entrainent à la suite de personnages très différents mais qui au final ne cherchent qu'une chose, le bonheur ! Une belle leçon d'amour, d'amitié, de partage, d'excuse, de pardon.... à dévorer pour avoir le cœur rempli de sentiments !

Note  : 16/20

A lire si vous aimez :
- les destins de gens normaux qui doivent apprendre à avancer malgré tout

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- quand parfois c'est vraiment trop rapide.

http://www.numilog.com/fiche_livre.asp?ISBN=9782702159439&ipd=1017

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Commentaires

  1. J'avoue que tes avis m'intriguent bien, pourtant cette auteure ne me tnete pas vraiment :p

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!