Coeurs de rouille de Justine Niogret

Synopsis : La cité du ciel est en plein déclin. Les robots, jadis fidèles serviteurs, régressent jusqu'à devenir des machines stupides ou de terrifiants prédateurs. Saxe est un artiste qui survit en travaillant sur les golems actionnés par magie. Dresde est une jolie automate qui n'a connu que le luxe avant que son maître l'abandonne. Tout les sépare, et pourtant ils vont partager un rêve commun : s'enfuir de la forteresse volante. Traqués par un tueur mécanique qui écorche les humains pour voler leur peau, ils se lancent dans une course peut-être sans espoir : retrouver la mythique porte ouvrant sur la liberté.

Mon avis :
J'avoue, la première chose qui m'a attiré en premier, c'est la couverture. J'adore les couleurs et le personnages qui est représenté. Dès la première page, on plonge dans le monde fantastique de l'auteur. On ne sait pas trop ce qui s'est passé mais on a quelques bribes de ce que sait Saxe. Les hommes ont créé une nouvelle cité dans laquelle ils vivaient avec des golems qu'ils avaient eux aussi créés. Le jour où les golems se sont retournés contre eux, ils les ont éliminé et ont créé des agolems, des êtres incapables de se rebiffer. Pourtant, lors de sa fuite pour trouver la porte qui est sensée ouvrir sur l'extérieur et ce qu'il espère être la liberté, Saxe croise la route de Dresde, une golem encore vivant à son plus grand étonnement.
Commence alors une course contre la montre, leur ennemi se rapproche d'eux et veut les empêcher d'atteindre la porte et les garder dans le complexe. J'ai adoré le voyage que Dresde et Saxe font, ils découvrent petit à petit un monde auquel ils ne croyaient pas et qui leur permet de trouver des choses qu'ils n'auraient jamais imaginés. Le monde dessiné par l'auteur est fait de peurs, de tristesse mais aussi d'espérances et de joies, même petites, même vaines. Ce sont d'étranges paysages que nous traversons, décrits avec tellement de justesse que l'on a l'impression de vivre l'aventure dans le corps et dans la tête de Saxe. Le jeune garçon souhaite s'enfuir de ce monde auquel il ne croit plus et il veut découvrir de nouvelles choses qui, il l'espère, lui permettront de vivre la vie qu'il souhaite.
Les évènements se succèdent à un rythme effréné, on craint pour leurs vies même si Dresde n'est pas une humaine, l'auteur a su la rendre agréable, davantage que certains humains que l'on peut croiser tous les jours. On est pris dans leur aventure, poursuivis par une horreur qui se nomme "Pue-la-viande" on s'attache à Saxe et à Dresde.
Et puis plus le dénouement s'approche, plus la tension monte, on espère qu'ils vont s'en sortir, que Pue-la-viande ne les attrapera pas et ne les empêchera pas de réaliser leur rêve. J'ai adoré les dernières phrases, ce qu'elles apportent au lecteur. L'auteur a su, dans son monde pourtant sombre, apporter une lueur d'espoir...

En bref, un monde hors du commun dans lequel nos personnages principaux évoluent, entre guerre et paix, à la recherche d'une porte de sortie d'une cité qui efface le passé plutôt que de l'accepter. Un monde complexe, où vivent des créatures tout droit sorties de l'imaginaire de l'homme et qui finissent par se rebeller... Un monde violent, où seul le plus fort et le plus intelligent est capable de survivre...

Note : 17/20

A lire si vous aimez :
- les histoires qui mêlent les sentiments, une aventure fantastique, des personnages hors du commun

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- voyager dans un monde dont on ne connait pas l'origine.

Un grand merci aux éditions Le pré aux clercs collection Pandore pour cette étonnante découverte ! Dans les bacs depuis hier !

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Share:

5 commentaires

  1. J'ai encore un bouquin à lire avant de découvrir celui là. J'ai hâte :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh je le veux celui-là !!!
    Merci pour cet avis :)

    RépondreSupprimer
  3. Il me tenterait bien celui-là ... personnages originaux dans un monde sombre, ça me parle et en plus, comme tu le soulignes, la couverture attire! :)

    Justine Niogret est un grand nom aussi il me semble ^^

    RépondreSupprimer
  4. L'univers décrit par le livre a l'air vraiment intéressant.
    Je te comprend aussi pour la couverture, parfois elle nous fait tilt. ^^

    RépondreSupprimer
  5. Aaah moi aussi j'ai trouvé la couverture particulièrement intrigante ! Je me suis demandée au début pourquoi on les appelait agolems. J'avais perdu le sens premier de la créature magique créée par l'homme avec de la "magie" (je m'étais arrêtée à l'image d'une créature souvent très grande et ne s'évertuant pas dans la finesse) et puis j'ai trouvé le "a" ajouté original, comme pour "asexué".
    Il n'empêche que le stress monte au fur et à mesure des découvertes de Saxe & Dresde. J'ai trouvé que c'était particulièrement bien retranscrit.
    Oh nos commentaires se sont croisés :)

    RépondreSupprimer

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!