La Femme sauvage de Michel Gardère

Synopsis : En 1807, dans les Pyrénées ariégeoises, deux chasseurs aperçoivent et traquent une femme nue, accompagnée d'un ourson. Capturée, hurlant comme une démente ? on l'appellera désormais la Folle du Montcalm ?, elle est conduite chez le curé du village. L'inconnue ne prononce que ces mots : « Robespierre a tué ma famille », et s'échappe dans la nuit. Elle passera encore deux années dans la montagne avant d'être reprise et jetée en prison, à Foix. Pour y mourir peu après.
Qui était cette femme ? Comment a-t-elle pu survivre ? Est-elle vraiment morte en prison comme on l'a dit ? Pourquoi le redoutable Fouché, ministre de la Police de Napoléon, s'intéressa-t-il tant à elle ? Et pour quelles curieuses raisons le préfet de l'Ariège tenta de la sauver ?

Je tenais tout d'abord à remercier Livraddict et les éditions Les presses de la cité pour ce partenariat qui sort des sentiers battus!
En effet, je n'ai pas pour habitude de lire un livre où les faits historiques sont portés de cette manière.
Cela demande beaucoup de concentration surtout que la période dont fait été l'auteur n'est pas l'une de mes préférées mais la manière de raconter m'a souvent faite sourire voire rire.
En effet, je suis originaire (et je vis toujours) en Gascogne donc le parler de l'auteur m'est familier et j'adore cette façon de narrer une histoire.
Et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit ici de celle d'une "folle", retrouvée nue dans les Pyrénées ariégoises. D'une hypothèse de départ sans équivoque, petit à petit l'auteur arrive à nous faire douter de la véracité des faits. L'enquête menée à différents endroits (souvent les archives, en France et même jusqu'en Espagne)  apporte des éclairages nouveaux et des suppositions toujours plus nombreuses.
Le livre commence par l'histoire brève mais intense que l'auteur a connu et se fini sur une supposition, magnifique d'ailleurs de ce que la vie de cette femme sauvage a pu être.
Tout au long du récit, l'auteur nous abreuve de faits historiques (merci pour les révisions, il y a beaucoup de choses dont je ne me rappelais plus) et nous fait voyager dans le sud ouest et dans des lieux qui me sont familiers.
Sa plume est légère et à sa façon de conter je me suis imaginée un soir d'hiver au coin de la cheminée, l'écoutant raconter l'histoire de la folle du Montcalm comme elle fût surnommée.
On se laisse porter par les mots, les expressions utilisées et les comptes rendus de l'enquête. On en vient à plaindre cette femme, à se poser des questions et la fin de l'aventure a un petit goût triste, comme si on quittait une personne que l'on commence tout juste à connaitre.
Je peux comprendre que l'auteur ait voulu nous donner, à la fin, l'histoire telle qu'il l'imagine, telle qu'il aurai vu cette femme la vivre. C'est une jolie leçon d'humanité et de joie, même dans l'adversité.

Pour en savoir plus :

Share:

4 commentaires

  1. Belle chronique My. C'est toujours un moment particulier lorsqu'un ouvrage nous ramène ainsi vers des lieux que l'on connait et que l'on aime.

    RépondreSupprimer
  2. L'histoire me fait un peu penser à L'enfant sauvage...

    RépondreSupprimer
  3. Nous n'avons pas du tout la même vision de ce livre. Par contre j'ai vraiment apprécié la discussion avec l'auteur. rien que pour cela , cela valait le coup de se casser la tête sur la lecture.

    RépondreSupprimer
  4. Je pense avoir a peu près la même vision que toi, où effectivmeent on se laisse embarquer comme si on écoutait le conteur du village, qui mêle tous les styles à son histoire (enquête, histoire, humour...)

    Et j'imagine qu'en connaissait les géographie du pays tu as du encore plus te régaler :D

    RépondreSupprimer

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!