Le magasin jaune de Marc Trévidic

Synopsis : Au début de l'année 1929, un jeune couple rachète un magasin de jouets en faillite dans le quartier de Pigalle. Gustave et Valentine pensent qu'à vendre le bonheur, on ne peut que le trouver soi-même. Ils repeignent la boutique couleur mimosa : le magasin jaune naît. C'est un soleil. Les parents et les enfants tournent autour ; les jouets s'animent ; la vitrine s'illumine. Les odeurs et les bruits de la rue meurent à sa porte. Mais au-dehors, le monde change. La crise financière puis politique obscurcit tout. Arrivent la guerre, l'Occupation allemande. Le Magasin jaune sera-t-il préservé de la violence et de l'horreur ? Ou n'est-il qu'une prison d'illusions et de mensonges ? Gustave s'y enferme et y garde ses secrets. Valentine veut s'en échapper. Les enfants, seuls, continuent de jouer le jeu, avec à leur tête la princesse du Magasin jaune. Ils recréent le monde, l'imitent parfois, mais toujours préfèrent l'innocence du rêve à la violence du cauchemar. De 1929 à 1942, de l'Art déco aux chars d'assaut, de Cole Porter à la musique militaire, Le Magasin jaune retrace l'histoire d'un lieu où joies et désespoirs se succèdent, où la résignation fait place à la résistance, tandis que le regard énigmatique et froid d'Arlequin nous met en garde : le bonheur est fragile comme une poupée de porcelaine.
Papier (317 pages) - Paru en mars 2018 chez JC Lattès
https://www.bookwitty.com/product/97822803874460000000?tap_a=22016-47646a&tap_s=206296-1a4a55

Mon avis :
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant ce roman si ce n'est qu'il parlait d'une période funeste de notre histoire à savoir les années avant la seconde guerre mondiale et les années 40. Je me suis donc lancée dans l'histoire de Gustave, Valentine, Quinze, leur fille ainsi surnommée à cause du numéro du magasin jaune qui appartient à ses parents et de tout leur entourage. J'ai aimé la manière d'entrer dans le vif du sujet, la façon dont démarre à la fois l'histoire entre Gustave et Valentine et le magasin jaune évidemment. Je n'ai pas vu défiler les pages même si je dois dire que le début est un peu long à démarrer mais très vite on plonge dans une ambiance parfaitement retranscrite par l'auteur, on imagine sans peine les sentiments des protagonistes qui vivent des hauts et des bas assez intense, ce qu'ils traversent dans ce magasin jaune, magasin où ils vendent des jouets et tout ce que ça entraine dans leurs vies. Et puis la guerre fait son apparition, rien ne sera jamais pareil pour eux et on traverse les mois et les années dans l'horreur, la suspicion, la méchanceté, l'occupation et on ne peut qu'aimer d'autant plus les personnages. 

Gustave est un stressé de nature, il a plutôt tendance à s'enfermer dans son magasin sans vouloir voir personne alors que la belle Valentine ne demande qu'à sortir et à profiter davantage de la vie. Si au début leur vie commune n'est pas évidente, les choses vont évoluer quand la guerre va faire son apparition. J'ai apprécié la manière dont l'auteur amène les personnes à évoluer au contact les unes des autres, les personnages secondaires ont une grande importance et ils vont nous réserver quelques moments très intenses. J'ai eu la boule au ventre, j'ai souffert avec eux, j'ai ri aussi face à ce que fait notre Quinze et j'ai aimé la façon dont l'intrigue avance petit à petit, certains apparaissent et disparaissent, Gustave et Valentine restent fidèles à ce qu'ils sont du début à la fin ce qui entraine parfois le malheur mais aussi le bonheur. Le final est diablement bien fait, j'avoue, je ne m'attendais pas à ce genre de choses et c'est avec à la fois le sourire aux lèvres, le cœur blessé mais plein d'amour que l'on referme ce roman. Une plongée dans l'horreur mais aussi dans le bonheur de ce magasin jaune ! 

En bref, l'ambiance de ce roman est diablement bien faite même si le début est un peu long à démarrer. L'auteur nous présente ses personnages et les lieux dans lesquels ils vivent, la montée de la guerre qui approche à grands pas sans qu'ils ne puissent y faire quelque chose, les espoirs et les déceptions et la petite Quinze qui grandit au fil des pages. J'ai aimé leurs défauts et leurs qualités, leur capacité à aller de l'avant malgré tout, la peur et la haine qui deviennent prépondérante et la constante du magasin jaune au fil des mois et des années. Une belle histoire familiale sur fond de drame !

Note : 16/20

A lire si vous aimez :
- les contextes de guerre et tout ce que ça peut entrainer

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- quand ça commence lentement

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Aucun commentaire

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!