Les contes d'Aucelaire, tome 1 : Au sorbier des oiseleurs de Jo Ann Von Haff

Synopsis : Mesdames, mesdemoiselles, messieurs...
Venez déguster un thé et des pâtisseries au Sorbier des Oiseleurs, l'endroit le plus prisé, et sûrement le plus magique, de tout Aucelaire...
Vous y ferez la connaissance de Ginie, une jeune femme brimée par les convictions religieuses d'une mère abusive et qui n'a connu l'amour qu'à travers les romans qu'elle lit en cachette au cœur de la forêt.
Vous y rencontrerez Tito, un bel Andalou mystérieux, de passage, même s'il semble être un habitué de la cité.
Vous assisterez à leur rencontre et à la naissance de leur amour... un amour rendu impossible par bien plus que la distance qui les sépare.
Mais surtout, en ouvrant ce livre, vous plongerez dans le premier conte d'Aucelaire de Jo Ann von Haff, un conte qui vous emportera dans un monde unique, entre imaginaire et fantastique, saupoudré de mystère et de romance.
Papier (POD 234 pages) et numérique - Paru en avril 2018 chez Collection Infinity

Mon avis :
J'avais acheté ce roman en avant première au SDL en mars mais il fait parti des colis qui ont disparu (je ne perds pas espoir mais il s'amenuise de jour en jour...), je l'ai donc découvert en numérique, j'étais vraiment très curieuse de découvrir cette histoire et je dois dire que je n'ai pas été déçue, j'ai été touchée par Ginie et tout ce qu'elle traverse, j'ai adoré le monde que l'autrice crée autour de ses personnages et je suis curieuse de poursuivre l'aventure. Ginie est une jeune femme simple qui vit avec sa mère et l'entretient alors que c'est une vraie garce avec elle (et encore, le mot est léger), elle traite Ginie comme un démon, passe son temps à prier pour sa rédemption et son pardon mais Ginie avance quand même dans la vie, profitant de petits plaisirs simples jusqu'au jour où elle fait la connaissance d'une chouette et d'un homme qui pourrait chambouler son monde. 

On s'attache très rapidement à Ginie, j'ai aimé son caractère doux et tendre, elle essaye de passer inaperçue mais les gens ne peuvent que voir sa bonté irradier, elle est brimée par sa mère, par sa patronne aussi mais pourtant elle voit du bon dans tout ce qui l'entoure. J'ai adoré son rapport à la nature, sa manière d'avancer petit à petit dans ce qu'elle estime être le bon chemin, j'ai apprécié sa timidité quand elle rencontre Tito et la façon dont l'autrice nous permet de ressentir l'alchimie entre eux. J'ai aimé le contexte dans lequel elle nous plonge très facilement même si parfois j'aurais apprécié que les choses soient un peu plus approfondies, on touche du doigt un monde diablement bien fait mais si on a quelques réponses, on sait que l'on a encore énormément de choses à découvrir !

On avance donc dans l'intrigue en attendant avec impatience que Ginie découvre la vérité sur les habitants du Couvent (qui n'en est plus un depuis très longtemps), on salive en la voyant dévorer les petites douceurs du Sorbier des oiseleurs et on aime l'amitié que ce roman dégage et que l'autrice nous fait ressentir au travers de ses mots. J'ai bien évidemment détesté la mère de Ginie même si on sait pour quelles raisons elle est devenue aussi imbuvable, j'ai été touchée par Tito et sa capacité à remettre en question ses choix et à choisir son propre chemin et à lutter pour celle qui fait battre son cœur. La fin nous réserve un certain nombre de surprises, j'ai aimé la façon dont l'autrice pousse ses personnages vers l'avant et on ne peut que lire les derniers mots avec le sourire aux lèvres. Une très jolie aventure dans un monde que je suis curieuse et impatiente de retrouver !!

En bref, j'ai beaucoup aimé la façon dont l'autrice a construit son monde autour de ses personnages, elle nous tient en haleine de la première à la dernière page, j'ai aimé le découvrir au travers des yeux de Ginie et de son caractère doux et tendre. On tombe bien évidemment nous aussi amoureux de Tito, on a envie de les voir heureux et on ne peut que leur souhaiter de dépasser leurs différences et d'apprendre à se connaitre tels qu'ils sont vraiment. Le final nous permet de les laisser avec le cœur gonflé d'amour et je suis curieuse de retrouver le monde d'Aucelaire pour de nouvelles aventures ! 

Note : 17/20

A lire si vous aimez :
- les mondes oniriques ancrés dans le notre

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- le côté fantastique

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

1 commentaire

  1. ***Venez déguster un thé et des pâtisseries au Sorbier des Oiseleurs, l'endroit le plus prisé, et sûrement le plus magique, de tout Aucelaire...***

    Du thé

    C’est bon Coca-cola.
    Mais je préfère du thé, s’il te plaît!
    C’est bon du thé avec du méchoui,
    Non?
    Même avec du couscous
    Je n’aime pas boire ce coca.
    Ce que j’aime, moi, c’est
    M’asseoir là, sous cet arganier,
    Du rôti à la main
    Et du thé;
    Et, du fond du cœur de Radio Rabat,
    Vient la voix de Rouicha
    Chanter l’amour des montagnes.
    Je ferme alors les yeux :
    Je vois la neige et l’amour des sourds,
    J’entends le guenbri pleurer à qui veut l’entendre;
    Et je pense à mon âme jumelle,
    Celle qui est là-bas à Rabat.

    Un vrai régal

    Non, on ne met pas de farine
    Dans un tajine;
    On n'y met que la meilleure viande
    Et les meilleures légumes,
    De l'huile aussi,
    Des épices, et du sel.
    Ne me dis pas que tu ne sais pas
    Ce que c'est qu'un tajine.
    Tu sais bien que c'est un régal
    De prendre place
    Autour d'un tajine
    Cuit à feu doux sous un olivier
    Loin des vaches et des coquelicots
    A l'abri du soleil de midi.
    Et après le tajine,
    On prend du thé:
    Mais du thé à la menthe et à la chiba.
    Oh comme il est doux!
    De manger et de boire au douar
    Tout près de grand-mère
    Et des petits.

    RépondreSupprimer

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!