Il ne nous reste que la violence de Éric Lange

Synopsis : La violence est en nous.
On la subit ou on l'ignore.
Mais on peut aussi danser avec elle.
Alors on reste debout.
Après mon premier crime, j'avais commencé à voir notre société différemment. Où  que je regarde, le miroir se déformait. Des esclaves fabriquaient nos ordinateurs, des enfants cousaient nos vêtements, les profits des guerres assuraient la rentabilité de notre livret A. Nos bagues de fiançailles brillaient de diamants sanglants, mon voisin perdait son travail, sa vie, pour un actionnaire anonyme. Un vieillard était mort, seul dans une chambre, juste au-dessus de chez moi...
 On s'offusquait un peu, mais pas tant que ça, parfois pas du tout. On vaquait à nos petites affaires, nos vies allant tranquillement sur ces champs de cadavres.
Et on ne la cachait pas, cette violence. Elle était notre environnement naturel. On l'enseignait à nos enfants.
Dont acte.
Je pouvais tuer une deuxième fois.
http://www.cultura.com/il-ne-nous-reste-que-la-violence-9782732483122.html#ae87Papier (181 pages) et numérique - Paru en avril 2017 chez La Martinière

Mon avis :
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant ce roman donc je me suis plongée dedans sans attente particulière. Et je dois dire que globalement j'ai passé un "bon moment" (même si étant donné l'histoire il est difficile d'apprécier les meurtres et la vengeance) mais j'ai trouvé que le tout était un peu trop rapide pour vraiment me mettre dans la peau des personnages et comprendre leurs arguments. Bien évidemment c'est percutant du coup étant donné que les événements se succèdent très vite, les chapitres s'enchainent et on ne s'ennuie pas une seule seconde, les pages se dévorant les unes après les autres. Critique de notre monde contemporain où on veut tout, tout de suite, sans se préoccuper des gens que l'on pourrait écraser pour y arriver, le personnage principal est prêt à tout pour atteindre ses objectifs, même au pire... comme éliminer ceux qui se trouvent en travers de sa route..

On suit donc ses pensées, il laisse exploser sa violence qui monte petit à petit, il se sent tout puissant puisqu'il n'est pas pris par la patrouille et il va aller au bout de ses idées pour ne pas perdre sa place et rester bien au chaud. La plume de l'auteur est incisive, les mots coulent facilement, on se projette dans les événements et on en reste très souvent sur les fesses. On en vient parfois à le détester, on se demande comment il peut avoir ce genre d'idée et les mener à bien et on se dit aussi que si on ne peut pas suivre tout ce qui se passe dans notre pays (sans parler du monde entier), il y a quand même un grand fond de vérité dans cette fiction. C'est parfois violent, assez satirique à propos de notre société, les choses arrivent et s'enchainent, la violence grimpe au fil de l'intrigue jusqu'à l'explosion finale, le concours de circonstance qui fait que notre "héros" gagne à tous les coups. Mais ça n'est clairement pas possible d'avoir autant de chance...

En bref, ce roman est un page turner haletant, la dénonciation de notre mode de vie est diablement bien faite et même si clairement on ne peut pas s'attacher à ce "héros", il nous permet de nous poser des questions sur ce que tout un chacun est capable de faire. Et si écraser simplement le pied de son voisin pour garder sa place pouvait mener bien plus loin ?

Note : 16/20

A lire si vous aimez :
- les satires de notre société et ses nombreux travers

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- quand tout va beaucoup trop vite.

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Share:

1 commentaires

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!