[Interview] Marie Rutkoski - The curse chez Lumen éditions

(pas de commentaire sur ma coiffure décoiffée..... 😂😂😂)

A l'occasion de sa venue pour le salon du livre de Paris en mars, j'ai eu l'occasion avec Karen (Au boudoir écarlate) de rencontrer Marie Rutkoski pour une sympathique discussion autour de son roman "The Curse". Voici ce dont on a parlé !

Bonjour Marie, nous sommes ravies de vous voir à Paris ! Votre voyage se passe bien ?
Oui, j'adore mon séjour, mon mari est français donc je comprends cette langue mais je la parle peu. J'aime beaucoup Paris pour tout ce qui concerne la mode et les parfums, sans parler de la nourriture. Mon péché mignon est la crème brûlée mais j'apprécie aussi énormément les moules/frites.

Qu'aimez vous lire ?
J'adore lire de la fantasy et c'est la raison pour laquelle je voulais à tout prix en écrire. J'aime beaucoup Naomie Novik, Leigh Bardugo, Marie Lu, Laura Ruby et bien d'autres !

D'où vous est venue cette histoire ?
Je me suis inspirée de la Grèce antique, j'adore quand il y a une certaine tension entre les personnages, c'est très intense à la fois à écrire et à lire. La société que j'ai créé a des règles bien à elle, j'ai aimé imaginer les vêtements dans lesquels se promènent nos héros (j'adore les robes et la mode). Je n'avais pas vraiment d'idée sur la fin de cette série en commençant à l'écrire, ça m'est venu au fur et à mesure que j'avançais avec les personnages.

Ce roman est classé YA, pourquoi ?
Ils ont 17 et 20 ans, dans le contexte ils sont en train de faire leurs propres expériences, leurs premiers amours, ils se cherchent, se défendent vis à vis de leurs parents et de leurs origines et veulent savoir qui ils sont vraiment. Ils ont des responsabilités liées à l'histoire familiale et vivent ça pleinement.

Avez-vous créé vos personnages d'après des personnes de votre entourage ? Pouvez vous nous parler d'eux ?
Non, je les ai totalement imaginés même si forcément ils ont des petits traits de caractère de personnes que je connais ! Mon père n'est pas du tout comme celui de Kestrel même s'il est militaire tout comme mon mari d'ailleurs. Je ne ressemble pas à mon héroïne et elle ne me ressemble pas mais par contre je me suis inspirée des relations comme l'amour, l'amitié, l'humour que je vis tous les jours.
En alternant les points de vue dans l’histoire, j’ai pris beaucoup de plaisir. Je n’en change que quand ça me semble « necessaire » et que ça s’intégre parfaitement dans l’histoire en fonction de ce que j’ai à dire. Arin n’est pas vraiment heureux et j’ai préféré ne dire que ce que le lecteur a besoin de savoir.
Il exprime davantage ses sentiments alors que Kestrel est plus pragmatique. J’aimais l’idée de ces deux personnages qui sortent de l’ordinaire. Elle est forte et puissante, ne se laisse pas bercer par des illusions alors qu’il est davantage passionné, il ressemble presque à ce qu’on pense être une jeune fille, leurs rôles sont un peu inversés.
Il y a une part importante de la musique dans l’histoire, je joue du violon et je suis des cours vraiment très interessants avec une jeune femme qui enseigne aussi à son fils. Mon mari est lui aussi musicien donc j’ai ça dans la peau.

Quelle est la scène que vous avez préféré écrire ?
La scène que j’ai préféré écrire est celle qui fait suite au décès de sa nurse, les gens sont en colère, Arin accuse Kestrel de feindre sa tristesse, sa colère et sa peine et il finit par comprendre qu’elle lui était très liée et que ses sentiments sont réels. Parfois il est cruel avec elle, il n’a pas toujours tort mais il reconnaît que si sa nourrice l’aimait, ça n’était pas simplement par obligation. C’est une scène qui est très chargée émotionnellement, ils se comprennent un peu mieux après tout ce qui se passe et leurs sentiments changent un peu, ils ont une perception de l’autre différente. Mais si j’ai aimé l’écrire c’est surtout parce qu’il s’agit d’une dispute et que je trouve que c’est dans ces moments là que l’on arrive à vraiment ressentir les choses.

Jess et Kestrel sont totalement différentes mais s’entendent parfaitement, pourquoi ?
Jess est plus frivole, elle correspond davantage à ce que l’on peut attendre d’une jeune fille mais elles sont comme des sœurs, elles se sont choisies mutuellement et même si leur amitié au départ est née d’un choix de leurs familles, elles sont vraiment proches. J’aime le contraste qu’il y a entre ces deux jeunes filles et j’ai aimé les voir évoluer ensemble et écrire ces scènes justement par rapport à ce contraste. Leur amitié est vraiment très forte et Kestrel serait prête à tout pour protéger Jess.
J’ai beaucoup ri mais aussi beaucoup pleuré pour certaines scènes.

Son père a tendance à être le méchant de l’histoire mais il pousse Kestrel à se dépasser, il ne veut que son bonheur même s’il ne sait pas vraiment comment le lui montrer.

Quels sont vos autres livres ?
Jusqu’à présent j’ai écrit deux trilogies et un livre unique et je suis dans la rédaction d’un nouveau livre dans le même monde que The curse mais plus tard dans le futur.

Quelles sont vos relations avec les blogueurs ?
J’ai une très bonne relation avec les blogueurs en général, je les vois surtout à des conférences ou d’autres genres de rencontres plus intimes. J’aime lire les avis sur mes romans et je respecte bien évidemment les opinions de chacun, qu’elles soient bonnes ou pas pour moi. Il y a quand même pas mal de changements chez les blogueurs en général mais certains sont devenus des amis. J’ai assisté à peu de conférences ces derniers mois étant donné que je n’ai pas d’actualité. Je choisis la plupart de mes lectures en fonction des conseils de mes amis, ce sont tous des lecteurs donc on partage beaucoup.

Merci Marie et les éditions Lumen pour ce très bon moment !!

Share:

1 commentaires

  1. Comme je t'envie, bravo pour cette superbe interview :D

    RépondreSupprimer

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!