The end of the world running club d'Adrian J Walker

Synopsis : Plus personne n'attend rien de bon, ni rien de grand, d'Edgar Hill. À 35 ans, il est un père et un mari absent, et un homme éteint.
Mais le désastre, souvent, nous révèle à nous-même.
Séparé de sa femme et de ses enfants par plus de 800 kilomètres, Edgar n'a qu'une seule option pour les rejoindre.
Courir.
Courir jusqu'à l'épuisement. Dépasser ses limites. Se battre contre soi-même.
Et contre les dangers qui, tout au long de sa traversée d'un Royaume-Uni dévasté par une catastrophe, menaceront jusqu'à sa survie même.
S'il n'arrive pas à temps, il perdra sa famille. Pour toujours.
Papier (558 pages) et numérique - Paru en juin 2016 chez Hugo Thriller

Mon avis :
Pluie de météorites, la catastrophe s'abat sur Terre sans que personne ne s'y soit vraiment préparé. Ed vit avec sa famille, est très souvent ivre et ne supporte plus grand chose alors qu'il les aime. Mais il ne se sent pas bien dans ce train train sauf que la catastrophe va remettre en perspective celui qu'il est et veut être. J'ai beaucoup aimé d'entrée de jeu l'ambiance dans laquelle nous plonge l'auteur, on ressent l'urgence et la tension, j'étais flippée à l'idée de ce qui pouvait arriver à cette famille qui survit tant bien que mal pendant un certain temps et qui se retrouve sauvée par les militaires. Sauf que rien ne se passe comme ils l'avaient prévu et ils sont à nouveau séparés. Ed va comprendre qu'il n'a qu'une seule manière de retrouver sa famille, traverser le Royaume-Uni et faire 800 km à pied pour rejoindre la côte où ils doivent embarquer vers leur nouvelle vie. Un voyage qui va le mener bien plus loin que ce qu'il aurait pu imaginer, il fait des rencontres, se trouve des compagnons d'infortune et va apprendre bien plus en quelques mois qu'en plus de 35 années d'existence. J'ai adoré cette ambiance si spéciale, la façon dont ils apprennent à se faire confiance les uns aux autres, dont ils traversent l'horreur d'un pays dévasté par une catastrophe venue du ciel et se serrent les coudes. Ed apprend énormément sur lui-même et sur les autres, il a un objectif et fera tout pour l'atteindre, quitte à se mettre en danger et à vivre les pires moments. Mais il tend aussi la main à ceux qui l'accompagnent et le soutiennent dans sa quête.

On tourne donc les pages très rapidement, toujours plus curieux de savoir quel chemin, aussi bien physique que spirituel va prendre Ed, on suit leurs pérégrinations dès le début et on ne peut que croiser les doigts pour qu'il trouve en lui la force nécessaire pour aller au bout et retrouver sa famille avant qu'ils n'embarquent sur l'un des bateaux qui va les ramener vers la civilisation.  L'entraide, le soutien, l'amitié, autant de thèmes que l'auteur traite d'une manière bien sympathique dans l'urgence des kilomètres qui passent pour rejoindre le sud de l'Angleterre. A un moment donné j'ai trouvé que ça devenait un peu long mais l'auteur relance d'une manière assez intense cette histoire pour que le lecteur soit accroché jusqu'au bout. C'est parfois violent, les gens sont capables de beaucoup de choses pour survivre et l'auteur arrive à mettre des mots sur les découvertes qu'ils font tout au long de ce chemin (je crois que je vais être traumatisée par certaines choses...). Je me posais donc des questions sur la manière dont il allait pouvoir clore son aventure, j'ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises (quel sadique cet auteur) et mon cœur balançait entre deux fins possibles sans arriver vraiment à savoir laquelle me plairait le plus. Je dois dire que les choix sont judicieux et que l'on referme cette histoire en ayant la sensation d'avoir vécu une aventure vraiment intense et surtout très humaine. Une belle aventure !

En bref, j'ai adoré l'ambiance que l'auteur nous propose au travers de l'histoire d'Ed et de sa lutte pour retrouver sa famille à temps. L'humanité des personnages ressort au premier plan, on voit le pire de ce qu'ils peuvent faire mais aussi le meilleur, on ne peut que flipper, espérer, donner de soi comme eux et tout au long on se pose des questions sur nos propres réactions face à ce genre de catastrophe. Et je crois qu'on ne peut jamais imaginer le pire... 

Note : 16/20

A lire si vous aimez :
- les catastrophes qui conduisent les gens à commettre le pire mais aussi à montrer le meilleur

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- la violence

 http://www.numilog.com/fiche_livre.asp?ISBN=9782755623970&ipd=1017

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Share:

2 commentaires

  1. Je le lirai sûrement s'il sort en poche un jour !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas très fan du résumé mais tu as mis une assez bonne note donc j'imagine qu'il a du potentiel.

    RépondreSupprimer

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!