De mères en filles, tome 3 : Anaïs de Dominique Drouin

Synopsis : Montréal, 1951. Anaïs a dix ans. Après un début de vie difficile, la fille adoptive d'Ariane Calvino reprend tout juste pied quand elle est confrontée à la mort de Marcel, un homme qu'elle adore et considère comme son père. Pour s'évader de son chagrin, elle trouve refuge dans une passion intense pour l'art dramatique. La scène et le cinéma mettent un baume sur ses plaies. Devenir quelqu'un d'autre qu'elle-même la comble... Dotée d'un talent d'exception, l'enfant vedette connaît un succès considérable qui lui redonne confiance. Mais un drame fera de nouveau basculer sa vie. Bouleversée, par l'agression dont elle a été victime, elle tentera l'impossible pour échapper aux séquelles du traumatisme. Émotivement fragilisée, elle connaît des hauts, mais surtout des bas. Elle n'a pas dix-huit ans lorsqu'elle quitte ses proches pour s'exiler en secret à Toronto avec son amoureux. Longtemps, elle ne donne aucune nouvelle à sa famille. Nourrissant ses rêves de réussir comme comédienne, elle vivote, consomme et fuit ses responsabilités. Elle devra traverser plusieurs années éprouvantes avant de rentrer au bercail et de renouer avec le succès. Loin de lui apporter le bonheur, la vie de vedette éloigne Anaïs de ce qu'elle cherche : l'amour, le vrai. Mais pour l'atteindre, elle devra affronter la vérité...

Mon avis :
J'avais eu du mal avec l'histoire d'Ariane (mon avis) surtout à cause d'un système narratif auquel je n'avais pas adhéré alors que l'intrigue était sympathique... et il en va de même avec cette histoire où l'on retrouve tous les personnages du tome précédent mais avec une intrigue surtout centrée sur la vie d'Anaïs (comme on peut s'en douter)(des fois je m'épate...). Les évènements qui nous sont racontés m'auraient énormément plu s'ils n'avaient pas été décrits comme une succession de choses sans une liaison suffisante pour que je m'attache aux personnages ou à leur histoire. J'ai encore eu l'impression de vivre une énumération de faits, les chapitres ne sont pas très longs et sont souvent scindés en plusieurs protagonistes. L'auteur nous entraine dans l'après guerre au Québec, nous livre des choses vraiment très intéressantes sur ce qu'il s'y est passé au niveau de la radio et de la télévision. J'ai beaucoup aimé ce côté de l'intrigue et les personnages qui en veulent toujours plus et qui mettent tout leur cœur dans leurs objectifs.

Les pages se tournent quand même facilement, je voulais savoir comment ils allaient réussir à s'en sortir et surtout de quelle manière ils allaient arriver à définir tout d'abord leurs attentes et à les obtenir ou du moins essayer. Anaïs est une jeune fille qu'il est plaisant de voir grandir même si parfois j'aurais eu tendance à la secouer pour la voir prendre conscience de ce qui se passe autour d'elle. Mais elle grandit vite, doit faire face à un monde en pleine mutation et n'a pas choisi une vie facile dans le milieu du spectacle. On voit aussi Ariane qui prend la suite de sa sœur dans l'éducation d'Anaïs, certains passages sont assez durs, bien décrits par l'auteur qui a quand même réussi à me faire parfois ressentir des choses, le plus souvent dans l'horreur plutôt que les petits bonheurs. On les voit donc évoluer, ensemble ou séparément mais j'ai eu du mal à m'attacher à leurs caractères alors que c'est une époque que j'aime beaucoup et que l'intrigue dans son ensemble est vraiment bien faite.

Curieuse quand même de savoir ce qu'il allait arriver à Anaïs et sa famille, je suis allée au bout de ma lecture. Plus j'avançais et plus je commençais à ressentir quelques petites choses, je les ai quand même trouvé sympathiques dans leurs manières de gérer les évènements même si parfois j'aurais bien mis le nez dans les erreurs d'Anaïs. Elle est bien obligée d'apprendre mais les gens autour d'elle subissent régulièrement son caractère assez versatile. L'intrigue nous réserve des surprises, je ne m'attendais pas à certaines choses même si d'autres sont beaucoup plus évidentes à deviner, l'auteur nous donnant des clés que les personnages n'ont pas. Le côté radio/télé est ce qui m'a le plus plu, on a vraiment l'impression de vivre cette évolution des mœurs, tant au niveau du rôle de la femme que du rôle des médias. Le final est bien fait et m'a beaucoup plu de par la "leçon" qu'il délivre et la façon dont nos décisions jouent sur toute notre vie.

En bref, une intrigue vraiment sympathique mais qui n'aura pas sauvé pour ma part une narration à laquelle je n'ai encore une fois pas adhéré. Je n'ai jamais eu l'impression de faire parti de l'histoire ni de la vivre, j'ai plutôt ressenti ça comme une énumération de faits sans liaison que l'on puisse vraiment sentir. Les personnages sont agréables mais là aussi je ne me suis pas vraiment sentie proche d'eux alors que leurs vies sont passionnantes.... mais je suis loin d'avoir été passionnée....

Note : 12/20

A lire si vous aimez :
- suivre l'évolution d'une famille et d'amis proches au travers de l'histoire du Québec

Passez votre chemin si vous n'aimez pas :
- les paragraphes qui se suivent mais dont la liaison est chaotique....

Pour en savoir plus et lire d'autres avis :
Logo Livraddict

Share:

1 commentaires

  1. Je pense passer mon tour pour ce roman-ci après avoir lu ton avis :/

    RépondreSupprimer

Pour information, je modère les commentaires!
Si vous ne souhaitez pas que le votre apparaisse mais juste laisser une trace, merci de me le dire dans votre commentaire!
Merci d'être venu me rendre visite!